GFI dans l'ECHO du weekend 03/04/21

GFI dans l'ECHO du weekend 03/04/21
Posté sur Presse
03/04/2021

Gold & Forex, nouveau management

  • Fondée en 2005, Gold & Forex a bien vécu la crise du côté de son activité métaux précieux.
  • Par contre, le change est en berne. Ce qui amène à devoir étudier de nouvelles pistes.
  • Une activité de dépôt va par exemple voir le jour.
  • L'entreprise pourra compter sur le soutien de son nouvel actionnaire, Whitestone Partners.
Plateau de pièce
©saskia vanderstichele

Le holding Whitestone Partners, créé par des anciens de la CNP, est devenu l'actionnaire majoritaire du leader belge du change et des métaux précieux.

Derrière le calme relatif de la rue du Midi, l'heure est à l'effervescence dans la salle des marchés de Gold & Forex International (GFI). Une équipe de 13 personnes s'affaire au rythme des coups de téléphone quasi permanents. Sur les écrans, les cours du Napoléon, du Krugerrand ou encore de l'once d'or montent et descendent au gré de l'offre et de la demande. Bienvenue dans le monde discret du négoce de devises et de métaux précieux.

L'entreprise nichée au cœur du Bruxelles historique est leader sur le marché belge. Ses clients? De Monsieur et Madame tout le monde, qui peuvent ici obtenir le jour-même plus de 60 devises en billets avant un départ urgent à l'étranger, jusqu'aux banques du pays en passant par des family offices ou des gestionnaires de fortunes.

"La crise a renforcé l'attrait des valeurs refuges telles que l'or physique."
Alexandre Convent
Responsable du bureau de trading chez GFI

L'an dernier, le chiffre d'affaires s'élevait à 238 millions d'euros, contre près de 157 millions pré-Covid. Le signe "que la crise a renforcé l'attrait des valeurs refuges telles que l'or physique (dit d'investissement, NDLR)" et autres métaux précieux qui représentent la vaste majorité de l'activité, indique Alexandre Convent, en charge du bureau de trading.

Mais tout n'est pas rose pour autant, crise oblige. Du côté de l'activité de change, l'interdiction de voyage a assez logiquement pesé sur les volumes. "Aujourd'hui, on travaille principalement le dollar, la livre sterling et le franc suisse", évoque le guichetier, aux 35 ans de métier.

Une redynamisation de l'offre est donc là à l'étude. Avec à la clé, pourquoi pas, un accent mis sur la numismatique qui continue à animer les quelques commerces du centre historique, de même que les passionnés sur la toile.

Après tout, le monde change. Vite. Drastiquement. Il serait donc dangereux de ne pas en tenir compte. De multiples plans de diversification sont en ce sens sur la table, comme la possibilité de pouvoir acheter de l'or au gramme, qui serait, à terme, converti physiquement une fois le poids d'un lingotin de 10 grammes atteint par exemple. De quoi ouvrir la porte aux nouvelles générations, en s'inspirant du modèle du Bitcoin.

60.000
euros
Gold & Forex a lancé l'an dernier une plateforme d'e-commerce permettant des achats d'or jusqu'à 60.000 euros.

L'an dernier, une plateforme d'e-commerce était aussi lancée pour des achats d'or allant jusqu'à maximum 60.000 euros. "L'idée serait de la porter à 15% du chiffre d'affaires d'ici trois ans", avance Nicolas Portello, responsable des opérations et de la digitalisation.

Du reste, une activité de dépôt sera lancée la semaine prochaine. De quoi permettre à qui le veut de voir ses métaux précieux entreposés en lieu sûr, hors système bancaire, qui a parfois été rendu inaccessible au pic de la crise. GFI mettra dans la foulée à disposition un outil de gestion à distance des dépôts; elle s'occupera de toute interaction physique.

Munitions nécessaires

Mais qui dit ambition… dit besoin de munitions. En ce sens, GFI peut désormais compter sur l'appui de son nouvel actionnaire depuis janvier qu'est le jeune holding d'investissement Whitestone Partners, apprend-on. Cofondé par des anciens de la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP) de la famille Frère, la société a pris une participation majoritaire au sein de la société bruxelloise.

New Management Team
Nicolas Portello (à gauche) est le fils d'un des fondateurs. Il sera épaulé par le nouveau CEO et actionnaire, Sandro Ardizzone (au centre). Avec Alexandre Convent (à droite), ils formeront un trio à la tête de l'entreprise. ©saskia vanderstichele

Pour autant, les familles fondatrices restent à bord pour assurer la transition. Sans date butoir de sortie. "On vise le long terme quand on monte à bord d'une société", évoque Sandro Ardizzone, cofondateur de Whitestone et désormais également CEO de GFI.

"On vise le long terme quand on monte à bord d'une société."
Sandro Ardizzone
Cofondateur de Whitestone et CEO de GFI

Agréée par l'autorité des marchés financiers qu'est la FSMA, GFI était lancée en 2005 déjà par Didier Jacques et Thierry Portello, deux poids lourds du secteur aux plus de 40 ans de métier combinés.

Le résumé

  • Fondée en 2005, Gold & Forex a bien vécu la crise du côté de son activité métaux précieux.
  • Par contre, le change est en berne. Ce qui amène à devoir étudier de nouvelles pistes.
  • Une activité de dépôt va par exemple voir le jour.
  • L'entreprise pourra compter sur le soutien de son nouvel actionnaire, Whitestone Partners.

Trading Desk